Andrew Mercer Reformatory – par Faith Lamber

Chercheur de vérité:

Le Andrew Mercer pour femmes, 1155, rue King Ouest, Toronto, vers 1893.
(Actuellement le site du stade Alan Lamport.)

vie avant la naissance -Andrew Mercer Reformatory

Les archives indiquent que j’ai grandi dans le ventre de ma mère (Salonge), alors qu’elle était incarcérée pour «vagabondage», dans une cellule exiguë ou une cabine sans fenêtre à le notoire Andrew Mercer Reformatory situé à Toronto, Ontario, Canada. Mercer a été la première prison pour femmes construite au Canada. Il a ouvert ses portes en 1880 et a fonctionné jusqu’à ce qu’une enquête scandaleuse du enquêtegrand jury entraîne sa fermeture inévitable en 1969.

Séparée de mon père à l’époque, Salonge a été incarcérée non pas une, mais deux fois – alors qu’elle était enceinte de moi. D’après mon certificat de naissance original, sa «durée de grossesse était de 36 semaines». Après avoir examiné les archives du Mercer Reformatory, j’ai découvert qu’elle était en travail le 13 avril 1960, la veille de sa libération de prison.

Annonce avant la naissance

Les archives de Mercer révèlent également qu’il y a eu une annonce avant la naissance, suivie d’un post-scriptum indiquant que je suis née. Oui, apparemment, je suis arrivée dans ce monde le 14 avril 1960 à 12 h 55 au Toronto General Hospital. Les dossiers indiquent en outre que la surintendante du Mercer Reformatory, Mme JT Burrows, devait demander la permission de libérer ma mère. Le ministère des Institutions de la Réforme a approuvé la demande le 19 avril 1960 et ainsi, ma vie a commencée!

Lettre d’approbation Department of Reform Institutions 19 avril 1960

Première année de vie – Dossiers de la Société d’aide à l’enfancedossiers

J’ai finalement obtenu mes dossiers de la Société d’aide à l’enfance (SAE) – dans l’espoir de revoir mes antécédents médicaux et les détails de ma première année de vie. Avec les archives Mercer Reformatory et CAS, j’ai pu reconstituer une chronologie des événements.

Il semblerait que ma mère ait été systématiquement criminalisée avant et après ma naissance. Les archives indiquent qu’elle a été admise à Mercer en octobre 1959, libérée pendant deux semaines et a été incarcérée de nouveau en janvier 1960 jusqu’à ma naissance. La SAE tenterait d’obtenir la tutelle permanente, mais les affidavits juridiques indiquent qu’elle a été refusée. Donc, vous l’avez deviné, en juin 1960, ma mère a de nouveau été criminalisée et enfermée au Mercer Reformatory.

Je passais les 11 premiers mois en famille d’accueil jusqu’à ce que le juge accorde la tutelle permanente au TAS en février 1961. Les dossiers révèlent que mon statut a été changé en «autorisation d’adoption» et j’ai ensuite été placée dans mon foyer adoptif à titre d’essai en mars 1961. .

Tragiquement en Juin 1961, il y avait une tentative d’assassinat de ma mère. Ce n’est que récemment que j’ai trouvé des coupures de presse de l’événement odieux. Le procès pour tentative de meurtre a été présidé par le juge Leo Landreville, le premier juge à être destitué de la Cour suprême de l’Ontario. (En raison de Covid-19, je n’ai pas pu obtenir plus de détails sur le procès pour tentative de meurtre).

Première année de vie – Recherche de renseignements médicaux

Chaque adopté «comprend» ou peut faire preuve d’empathie lorsqu’un autre adopté proclame: «J’ai besoin de connaître mes antécédents médicaux et ceux de ma famille!» C’est exactement ce que j’espérais lire dans le dossier CAS nouvellement obtenu, mais le dossier médical était. . . . . disparu.

En lisant mon dossier CAS, j’ai été frappé par plusieurs notes étranges du travailleur social. Par exemple,

Mme a téléphoné pour dire qu’elle était préoccupée par le bébé car parfois, lorsqu’elle dormait, elle avait des tremblements aux jambes.

De plus, le long du dossier,

le 12 septembre, Mme a téléphoné, car Faith avait ce qui semblait avoir une convulsion. Elle est devenue très pâle; ses lèvres et ses jambes étaient bleues. Elle a repris connaissance après environ trois minutes. La mère d’accueil a avisé le Dr Smith, qui a ordonné un sédatif. Jusqu’à ce moment, mi-octobre, il n’y a pas eu de récidive.

Cependant, dans une autre entrée trouvée dans les notes d’histoire sociale, la mention d’une crise est réduite à deux minutes:

Faith a subi une crise le 12 septembre 1960 lorsque selon la mère d’accueil, le bébé est resté inconscient pendant environ deux minutes. Il n’y a pas eu de récidive. Faith a eu quelques rhumes, sinon elle était en bonne santé.

La seule autre information médicale dans le dossier CAS est sous immunisations:

Faith a terminé les injections Triple Toxoid le 12 septembre 1960. »

Une date étrange, je me suis dit que le 12 septembre, je n’aurais eu que cinq mois à la fin de la vaccination. Il a été suggéré par d’autres que j’ai fait l’objet d’un essai clinique car les calendriers de vaccination avaient et sont toujours âgés de six mois et non de cinq. Curieusement, mon dossier médical est manquant.

Adoption – Tout ce qui est nouveau

J’ai été placée, à titre d’essai, dans la maison de mes parents adoptifs dans la région montagneuse de l’ouest de Hamilton, en Ontario. Une nouvelle famille était prête pour moi avec mon tout nouvel ensemble de parents et un tout nouveau frère (un autre enfant adopté avant moi). L’ordonnance d’adoption indique que l’adoption s’est achevée en octobre 1961. – le début d’un nouveau monde pour moi; une nouvelle vie avec, de nouveaux parents, un nouveau frère et un nouvel acte de naissance me donnant une nouvelle identité, «comme si elle était née du parent adoptif». L’ancienne identité a ensuite été scellée et a ainsi commencé ma nouvelle vie – alors que j’étais assis sur le pot. Ouais, c’est bien moi!

À la recherche de la vérité sur mon identité authentique – DNA

Flash forward from 1961 to a few years ago (2018). I decided to get off the potty and get serious about seeking my truth. I was seeking genetic links to provide information about my authentic identity. Sure, paper trails are good but sometimes information is missing, obscured, or just incorrect.


I needed to understand why my mother’s so-called criminal record indicated her “complexion as dark.” What does a dark complexion mean? According to a blog post, by Velma Demerson (who was incarcerated at the Andrew Mercer Reformatory under the Female Refuges Act for “Incorrigible” in 1939),

Sur le registre Mercer, les femmes autochtones peuvent être reconnues par leur description – teint foncé, cheveux noirs, yeux noirs ou bruns ou indiens.

Adoptée – Une nouvelle identité génétique

Alors, j’ai décidé de faire le saut dans le monde de l’ADN. J’ai craché dans un tube de prélèvement et envoyé mon échantillon de salive à Ancestry. Plusieurs semaines plus tard, j’ai ouvert mon compte Ancestry et là vous l’avez, en haut de ma liste de correspondances ADN partagées se trouvait une nouvelle famille génétique apparaissant sous mes yeux!

Bien que ce ne soit pas un cousin germain comme on le voit sur la photo ci-dessus, mais une demi-soeur Tina, née en 1966. Elle et moi partageons le même père génétique. Malheureusement, elle m’informe que notre père ne savait pas qui était son père. Tina et moi avons passé de nombreuses heures à enquêter sur notre mystérieux grand-père et nous croyons que nous l’avons réduit aux ancêtres communs de la région de Guelph en Ontario – Pembleton et Mino.

Tina ma nouvelle sœur

Ancestry, l’application Web «Ancestry» est devenue ma nouvelle maison, me permettant d’explorer et de me connecter avec des parents génétiquement liés. J’ai passé des heures sans fin à explorer mes connexions ADN avec ma nouvelle sœur, une nouvelle cousine et de nombreux nouveaux parents éloignés.

Marie, une cousine née en 1953 à Montréal à la Crèche de la Réparation et adoptée à Montréal, m’a contacté par courriel pour explorer notre ADN partagé de 115 cM. J’ai mis en relation ma nouvelle cousine Marie avec Free Canada Adoption / Family Search and Reunion Groupe Facebook. En peu de temps, un merveilleux Search Angel (SA) a identifié la mère de Marie en utilisant son ADN. Malheureusement, la mère de Marie était décédée il y a des années.

Quant à Marie et à ma connexion génétique, il semble que notre ADN commun arrive à travers nos grands-mères, car elles étaient sœurs – ce qui signifie que notre ancêtre commun était nos arrière-grands-parents. Récemment, Maude Gervais, une SA sur le AACDQ groupe Facebook de l’, a identifié et confirmé qui était le père de Marie, bien que malheureusement il est décédé en 2018.

L’Eugénisme

Plus tard dans Ancestry et me liais d’amitié avec une nouvelle cousine germaine nommée Betty. Elle était extrêmement fascinée par mon histoire d’adoption et était ravie de m’aider dans ma quête de la vérité sur ma mère et les circonstances entourant mon adoption.

Betty et moi avons passé d’innombrables heures à parcourir les documents d’archives de A à Z à la recherche des dossiers scolaires de ma mère. C’est là qu’une autre partie tragique de l’histoire de ma mère commence à se transformer en une histoire déchirante enracinée dans l’ eugénisme. Quel eugénisme? Je sais je sais! L’histoire qui se déroule sous mes yeux dans les documents historiques est une tragédie qu’il m’est extrêmement difficile de comprendre.

D’autres personnes sont-elles nées à Mercer?

Au cours de tous ces mois de recherche, il est devenu de plus en plus difficile de digérer les différents documents institutionnels. Il y a eu de nombreux jours où j’ai été incroyablement bouleversée de découvrir ces vérités qui m’ont envoyé dans un profond désespoir de ce que ma mère et d’autres ont dû endurer.

Je parlais fréquemment avec Velma Demerson (1920-2019) avant son décès l’année dernière et Robert Burke. Les deux m’avaient informé qu’ils n’avaient trouvé personne d’autre avec un lien avec Mercer. Cependant, en poursuivant mes recherches, j’en ai trouvé d’autres qui, soit par eux-mêmes, soit par l’intermédiaire d’un membre de la famille, avaient un lien avec Mercer.

1890

un membre de la famille, a trouvé son parent British Home Child à Mercer comme documenté dans le recensement de 1891, à l’âge tendre de 14

1929

une femme dont le père (métis), maintenant décédé, est né à Mercer et adopté en

1968

un autre était une adoptée dont la mère était enceinte et incarcérée avec elle à Mercer.

Un jour, j’en suis venue à comprendre que la pratique d’incarcérer des filles / femmes enceintes n’était pas isolée à quelques-unes, mais était un système à une échelle beaucoup plus grande que ce que j’avais estimé.

Selon le rapport annuel du Département des institutionsréforme de l’exercice clos31 Mars 1948 (1947-1948, PGS. 35-36)

Quatorze bébés sont nés et, après la pratique de nombreuses années, dans chaque cas la future mère a été transférée dans un hôpital général, où son enfant est né; le fait que la mère soit prisonnière n’était en aucun cas indiqué dans l’enregistrement de l’acte de naissance.

Dans l’ année se terminant le 31 mars 1949 (1948-1949, p. 34-35)

Quinze bébés sont nés au cours de l’année. En enregistrant les naissances, nous excluons les informations indiquant que la mère est une prisonnière. La mère emmène généralement son bébé avec elle à son retour de l’hôpital. Sur les 15 naissances, deux étaient prématurées et les bébés n’ont pas survécu, un autre est mort par asphyxie accidentelle alors qu’il était soigné par sa mère dans cet établissement; deux bébés sont décédés à l’hôpital pour enfants malades, d’une pneumonie bronchique et d’une otite moyenne (infection de l’oreille respectivement).

Trois des 15 mères se sont arrangées pour remettre leur bébé aux soins de la Société d’aide à l’enfance; quatre mères ont emmené leurs enfants avec elles lorsqu’elles ont obtenu leur congé ou une libération conditionnelle. À la fin de l’exercice, il y avait quatre bébés dans nos crèches.

Cependant, les rapports annuels commencent à changer au cours de l’année se terminant le 31 mars 1950. La plupart des détails concernant les mères et les nourrissons sont omis, mais le rapport révèle que 13 nourrissons sont nés cette année-là. Ce rapport réitère également comme dans les années:

précédentes dans ces dernières années, l’arrangement de nombreuses années se poursuit pour que les futures mères soient transférées dans un hôpital général de sorte que dans l’enregistrement de la naissance, il n’y ait pas la moindre référence à la mère comme prisonnière.

Ce type de rapport simplifié se poursuit dans les années suivantes en mentionnant 10 bébés nés en 1951 et 14 bébés nés en 1952, avec un décès de jumeaux prématurés noté. Ensuite, la pratique de rendre compte du nombre de futures mères et de naissances s’arrête mystérieusement.

Alors, est-ce que cela signifie que les femmes enceintes n’étaient plus incarcérées, me suis-je demandé? Je l’aurais espéré. Cependant, comme indiqué dans les registres Mercer que j’ai en ma possession, il est prouvé que les nourrissons étaient très certainement dans la crèche même si les rapports annuels ont cessé de divulguer les naissances. En fait, je soupçonne que le nombre de femmes enceintes incarcérées à Mercer a augmenté.

Où sont les mères du centre de rééducation Mercer?

Je crois que la plupart des mères du centre de rééducation Mercer sont décédées maintenant et ne peuvent donc pas raconter leurs expériences pendant l’accouchement. Ou, si elles sont vivantes, elles ont été très certainement humiliées dans le silence.

L’expérience de la honte concernant la détention institutionnelle est bien enregistrée dans le document, le livre et l’étude du Sénat suivants.

Où sont tous les bébés Mercer?

De toute évidence, un facteur important qui pourrait empêcher les adoptés de Mercer de se manifester est qu’ils ne savent peut-être pas qu’ils sont nés au centre de rééducation. Je peux penser à plusieurs raisons. L’une des femmes que j’ai trouvées avait récemment récupéré les dossiers CAS de son père décédé. Ces archives avaient expurgé le mot Mercer mais laissé le mot Reformatory. Une autre femme n’avait aucune indication dans ses dossiers de la SAE que sa mère était incarcérée à Mercer alors qu’elle était enceinte d’elle jusqu’à ce qu’elle trouve et rencontre sa mère en 2019.

De plus, les années précédentes, lorsqu’une personne adoptée avait demandé ses informations d’adoption, une intervenante de la SAE rédigeait un résumé. de ce qu’ils ont trouvé dans le fichier. La SAE aurait-elle révélé que leur mère était au centre de rééducation Mercer pendant qu’elle était enceinte? Ce n’est qu’en 2018 que cette législation exigeait que le dossier réel soit fourni, éliminant ainsi ces résumés subjectifs. Cependant, même si une personne reçoit son dossier CAS, il n’y a pas d’oubli pour contester si vous avez reçu l’ensemble du dossier ou non. Même si un adopté acquiert des connaissances sur Mercer Reformatory, un adopté saurait-il où et comment demander des dossiers Mercer?

Les dossiers d’adoption en Ontario étaient fermés jusqu’à récemment et de nombreuses personnes à ce jour ne savent toujours pas qu’elles peuvent demander des renseignements d’identification. J’imagine aussi que si l’on apprenait qu’ils sont nés chez Mercer, combien de personnes sauraient, où et comment, demander des registres. Ensuite, il y a des dizaines d’adoptés qui n’ont jamais été informés de leur adoption. Rappelez-vous que le Mercer Reformatory a fermé ses portes en 1969 et que bon nombre des adoptés sont âgés et / ou sont maintenant décédés.

La honte est une force puissante avec laquelle il faut compter. Je me demande si un adopté découvre qu’il est né au Mercer Reformatory si sa recherche de la vérité se poursuit ou non. La plupart des gens ne comprennent pas à quel point les jeunes femmes peuvent être incarcérées facilement et rapidement dans le Mercer.


À titre d’exemple seulement, la loi sur les refuges prévoyait une détention discriminatoire, oppressive et illégale qui incarcérait les filles dans le centre de rééducation de Mercer:

Pour filles 2 (2) Une détenue d’une école de formation pour filles peut être transférée sur mandat signé par l’inspecteur à refuge industriel, là pour être détenue pour la partie non expirée de la «peine d’emprisonnement à laquelle elle a été condamnée ou engagée. RSO 1937, ch. 384, par. 2 (2); 1942, ch. 34, par. 13 (1).

17. Tout parent ou tuteur peut traduire devant un juge toute femme de moins de 21 ans qui se révèle ingérable ou incorrigible et le juge peut procéder comme prévu aux articles 15 et 16. RSO 1937, chap. 384, par. 17.

En outre, la personne moyenne pourrait ne pas être en mesure de s’identifier ou de comprendre les vulnérabilités historiques et le manque de ressources disponibles pour les femmes en instance de divorce – en raison des diverses politiques discriminatoires et répressives en place à l’époque. Ce n’est que récemment que j’ai trouvé plusieurs personnes dont les frères et sœurs ont été adoptés pendant le divorce de leurs parents, alors qu’ils sont eux-mêmes allés avec d’autres membres de la famille ou ont grandi en famille d’accueil.

Les femmes des générations précédentes n’avaient tout simplement pas les soutiens en place pour garder leurs enfants en cas de séparation ou de divorce de leur conjoint. Il est bien documenté que CAS était extrêmement puissant les années précédentes et l’est toujours. Si la SAE voulait qu’une femme soit prise en charge par la police, c’était un appel rapide et ils allaient au Mercer Reformatory.

Séparation de l’ascendance – Recherche de la vérité

Entre-temps, alors que j’approfondis mes recherches sur la vérité, je continue de rechercher mon identité ancestrale par le biais de la généalogie génétique dans la région du Québec d’où la famille de ma mère peut être retracée. Je recherche les noms Lambert, Beaulieu, Caron et Quellet – noms qui forment la base de l’arbre généalogique de mon arrière-grand-parent maternel. En menant cette recherche, j’ai découvert un groupe nouvellement formé qui aidait les adoptés au Québec.

Les lois de divulgation d’adoption du Québec sont moins imminentes que l’Ontario. L’AACDQ est un organisme sans but lucratif qui met en relation les adoptés nés au Québec avec des ressources, du soutien, de l’amitié et des Search Angels incroyables.

Le groupe Facebook de l’AACDQ Facebook de l’ a contribué à aider les adoptés et les plus proches parents à trouver des parents ADN qui nous connectent finalement à l’identité familiale niée par les lois de divulgation d’adoption! Brillamment, ils ont créé un projet ancêtre sur GEDmatch appelé AACDQ – Adoptés des crèches du Québec.

AACDQ va également de l’avant dans l’organisation de la prochaine réunion de cousins prévue pour 2022! Restez à l’écoute du site Web et de la page Facebook pour plus de détails. «Après tout, nous sommes une famille», comme le dit Gus Baliarda, fondateur et président de l’AACDQ. Il prétend que si vous êtes né au Québec ou si vous avez de la famille au Québec, nous sommes probablement cousins.

PLUS

Recherche généalogique – Piste papier

Ce que j’ai supposé jusqu’ici de la recherche généalogique par papier, c’est que la famille de ma mère originaire de France, puis, génération après génération, peuplait diverses régions du Québec. Cependant, il y a deux branches dans l’arbre qui s’écartent légèrement pendant un certain temps ou qui n’ont pas de trace écrite. Une branche où j’ai très peu de documents est celle de ma mère. Il y a un mariage pour sa grand-mère et la mort mais rien d’avant.

Du côté paternel de ma mère, il semblerait que la famille soit partie pour Lawrence, Massachusetts, États-Unis vers 1896, soit retournée au Québec, puis se sont aventurés à nouveau en Nouvelle-Bretagne, dans le Connecticut, aux États-Unis pendant quelques années. C’est là que le père de ma mère est né en 1902, puis la famille est de nouveau revenue au Québec. Plus tard, la famille quittait le Québec pour venir travailler dans les usines de coton de Welland en Ontario, où ma mère est née. Il semble que sa famille a quitté la communauté française de Welland et est arrivée à Hamilton, en Ontario, en 1939, selon les dossiers de la SAE.

C’est là que je crois que les politiques éducatives (précédemment mentionnées sous l’eugénisme) sont la cause profonde de tous les systèmes et institutions ultérieurs qui ont terrorisé et torturé ma mère et bien d’autres. J’espère que je serai en mesure de décrire son histoire dans le prochain livre concernant toutes les tragédies (non mentionnées ici) qui se sont déroulées pour elle et d’autres femmes année après année, après année. C’est incroyable qu’elle ait vécu cela jusqu’à sa mort (cancer du poumon) en octobre 1998.

Plaque du patrimoine

En 2019, une demande a été soumise à Heritage Toronto dans l’espoir d’ériger une plaque historique qui commémorerait les femmes qui ont été criminalisées et incarcérées au Andrew Mercer Reformatory. Toujours en attente de financement, l’approbation d’une plaque a été accordée plus tard cette année-là.

J’espère que la plaque patrimoniale attirera l’attention et la sensibilisation du public sur un chapitre très sombre de l’histoire du Canada. Les femmes et les filles du centre de rééducation de Mercer ont subi des traitements sévères, des expériences médicales, des expériences sur la drogue, des séquestrations illégales et beaucoup ont perdu leurs bébés à cause des adoptions forcées.

À ce jour, le Andrew Mercer Reformatory n’a toujours pas fait enquête.

Mise à jour du 11 octobre 2021 : Au cours de l’année écoulée, d’autres bébés Mercer et descendants de parents Mercer incarcérés ont été localisés. En tant que groupe, nous espérons nous engager dans un projet transmédia pour raconter les histoires tragiques de ces femmes et filles criminalisées et incarcérées de chaque décennie que Mercer était ouverte. Nous sommes actuellement en train de rassembler d’autres documents d’archives et de rechercher des experts numériques pour nous soutenir et nous aider sur un projet aussi important.

Cette histoire a été préparée par Faith Lambert à titre personnel. Les opinions exprimées dans cette histoire sont celles de l’auteur et ne reflètent pas le point de vue des Adoptés des Crèches du Québec (AACDQ).

Coordonnées

Courriel: merceradotpees@gmail.com

Comment commander des documents

Dossiers d’adoption de l’Ontario::
Les demandes peuvent être trouvées dans ce lien https://www.ontario.ca/page/search-adoption-records


Dossiers de réforme Mercer:
Communiquez avec les Archives publiques de l’Ontario par courriel et demandez simplement quelles sont les procédures pour demander les dossiers du Reformatory Andrew Mercer. N’oubliez pas d’indiquer les années approximatives pour lesquelles vous recherchez des enregistrements. Ils vous expliqueront comment faire une demande d’accès. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à me contacter. http://www.archives.gov.on.ca/en/index.aspx

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Commentaires des visiteurs

Histoire intéressante et informative. Beaucoup d’informations! Merci.

GBali

Je suis Marie Claire, la cousine de Faith. J’ai retrouvé ma famille biologique maternelle et j’ai aussi retrouvé ma famille biologique paternelle. Mon père biologique est décédé en 2018 et n’était pas au courant de ma naissance. La famille ne veut pas me connaître, tout comme une partie de ma famille maternelle. Je vis très difficilement ces refus, on m’abandonne encore et encore.

Marie Claire

Cela me rend fou, fou et en colère contre ce monde hypocrite sans cœur. Je n’ai jamais su que nous venions de systèmes aussi moche.

Daniel Lafrenière

Merci de partager cette passionnante recherche et exploration de votre histoire personnelle, Faith. Je ne pense pas que beaucoup de Canadiens soient au courant de ce qui s’est passé à Mercer ou dans des institutions similaires. Tant de souffrance! Ce qui vous est arrivé, à vous et à votre famille, a été plus qu’une tragédie. Je pense que vous avez raison, il doit y avoir beaucoup de gens qui ne connaissent pas leur lien avec Mercer. Grâce à votre travail, il y a de meilleures chances que certains le découvrent.

Maureen Bayless

N'hésitez pas à poser une question ou simplement à laisser un commentaire.

Qu'avez-vous pensé de cette histoire ?
Veuillez sélectionner le nom de l'auteur.