Elle m’a trouvé, je l’ai trouvé – par Gus Baliarda

Mon histoire d’adoption et recherche d’origine

Le début

Rafael et Margarita sont un couple cubain qui m’a adopté. Dans les années 1950, mes parents étaient amis avec l’ambassadeur britannique à Cuba, qui venait d’adopter un enfant au Québec. Ils avaient réfléchi à cette option et lorsqu’ils ont rencontré l’ambassadeur, ils ont finalement pris leur décision. Après avoir rempli toutes les conditions d’adoption et prêt à se rendre au Québec, le père de Rafael est décédé, les obligeant à reporter leur voyage. Peu de temps après la mort du père de Margarita, ce qui a prolongé encore plus le voyage.

En février 1956, ils réussirent à faire leur voyage au Québec et allèrent visiter la Crèche Saint-Vincent-de Paul. À leur arrivée, ils sont accueillis par sœur Philipe et conduits dans une petite pièce où ils ont déjà deux enfants afin que Rafael et Margarita puissent décider lequel adopter. Les deux sont très enthousiasmés par les enfants de l’institution. La religieuse les emmène dans l’orphelinat pour leur montrer le travail qu’ils font. Alors qu’ils marchent dans les couloirs, un garçon attire leur attention, souriant à Margarita et lui tendant les bras comme pour lui demander de le prendre. Margarita prend le garçon dans ses bras et en essayant de le ramener chez la religieuse qui s’en est occupée, le garçon s’accroche fermement à sa robe et ne veut pas le lâcher. Margarita prend cela comme un signal, et ils commencent à enquêter davantage sur cet enfant pour l’adopter. En plus de déterminer que l’enfant était disponible pour adoption, ils apprennent qu’il est né le même jour et le même mois que le frère de Rafael, décédé il y a quelque temps. Un autre signe qui solidifie leur décision d’adopter cet enfant.

Le garçon qui avait reçu le nom de Joseph Delphin Berard, par sa mère biologique, a reçu le nom de Gustavo de Jesús lors de son adoption. Ils sont retournés à Cuba où Rafael et Margarita sont devenus les porte-parole de l’adoption, aidant vingt-quatre familles à adopter et plus tard la dernière famille de Porto Rico où ils ont déménagé au début des années soixante.

Après avoir cherché pendant vingt et un ans

En 1996, ma mère, Margarita, a reçu une lettre d’un cousin qui vivait à Miami, en Floride. Il lui dit qu’il a reçu une lettre des services sociaux du Québec pour tenter de retrouver Gustavo de Jesús parce que sa mère à la naissance était intéressée à établir un contact. Il a inclus la lettre originale et sa réponse aux services sociaux où il indique ne pas savoir si Gustavo sait qu’il a été adopté et nous transmettait cette lettre afin que nous puissions prendre une décision. Après que ma mère ait lu la lettre, elle me l’a remise pour que je la lise. Quelle surprise pour nous deux! Tout à coup, ce dont ma mère a parlé toute notre vie est devenu une réalité. Que ferais-je si ma mère biologique venait un jour?

Quand j’ai fini de lire la lettre, j’ai couru vers le téléphone et j’ai appelé le numéro qui figurait dans la lettre du service social, mais il était tard et ils avaient déjà fermé pour la journée. Le lendemain, j’ai rappelé et parlé à la dame qui s’occupait de l’affaire. Cette dame me demande pourquoi je n’avais pas essayé de retrouver ma mère. «Ma mère est celle à côté de moi» fut ma réponse. Toute ma vie, j’avais su que j’avais été adopté, je le voyais comme quelque chose de naturel et je considère mes parents adoptifs comme mes vrais parents. Ils ont passé de longues nuits quand j’étais malade, se sont souciés de mon avenir et m’ont donné une éducation et plus d’amour que tout autre parent ne pouvait en donner. Ils étaient parents par choix. La dame m’a demandé si je voulais établir une communication avec ma mère biologique et j’ai répondu oui. Un jour a été fixé pour un appel avec un traducteur. Trois jours plus tard, l’appel est effectué. J’ai découvert qui était ma mère biologique, Réjeanne Gagné Lapointe (1939-2019). Grâce au traducteur, nous posons tous les deux des questions et réussissons à entendre nos voix pour la première fois et découvrons que j’avais deux demi-frères. L’appel se termine avec moi offrant ma maison si elle voulait me rendre visite. Trois semaines plus tard, Réjane est venu me rencontrer à Porto Rico.

Le Secrétariat à l’adoption internationale (SAI) offre une aide précieuse. Pas seulement à travers le processus; ils passeront autant de temps que nécessaire. Même après la clôture du dossier, ils prennent le temps de répondre à toutes vos questions.

L’arrivée

Réjeanne arrive à Porto Rico avec une de ses sœurs. La communication était assez difficile à cause de la barrière de la langue; elle ne parlait que le français, ce que je ne connaissais pas. En 1996, malgré cette barrière et les progrès technologiques d’aujourd’hui qui n’existaient pas, nous avons pu communiquer par des signes et des amis qui ont aidé à la traduction. Elle a eu l’occasion de rencontrer en personne la mère de son fils, de rencontrer et d’assister à un événement scolaire pour son premier petit-enfant, de voir les écoles où j’ai fait mes études et comment ma vie s’était développée.

Parmi les sujets dont nous avons discuté, nous avons parlé de mon père biologique. Quand j’ai posé des questions sur lui, elle a répondu qu’il avait été un amoureux de l’école et qu’il ne voulait plus aborder le sujet. Son souhait a été respecté jusqu’en 2017 lorsque j’ai passé le test ADN.

Une nouvelle relation

TLa relation entre mes deux mères me semblait bonne mais difficile à cause de la barrière de la langue. Lors de son séjour à Porto Rico, elle a exprimé son souhait que j’aille vivre au Québec. Comment passer à une toute nouvelle culture que je connaissais à peine? Je ne pouvais pas laisser derrière moi toute une vie, ma famille et mes amis juste parce que. Son insistance quotidienne sur mon transfert me mettait très mal à l’aise. Elle retourne au Canada et a poursuivi la relation lentement par correspondance, ce qui l’a améliorée après avoir réalisé que ma réinstallation au Canada n’était pas une option. La communication est perdue plus tard lorsque je déménage avec ma famille dans le sud de la Floride en 2003.

Cinq ans plus tard, nous avons réussi à nous reconnecter grâce à mes frères sur Facebook. Cela contribue à améliorer la relation et la communication est entretenue par mes frères.

Comment l’ADN a changé ma vie

En 2017, j’ai décidé de passer un test ADN avec MyHeritage. Lorsque les résultats arrivent, je commence à les partager avec mes frères, ils m’envoient une copie de leur arbre généalogique qui contient les ancêtres de treize générations. Cela m’amène à commencer à créer mon arbre généalogique, mais le côté paternel manquait. Maintenant, mes frères commencent à aider à essayer de convaincre notre mère de révéler qui est mon père biologique. A chaque fois, elle refusait de dire qui il était.

À l’époque, j’étais novice en matière d’ADN et de généalogie. En raison d’un manque de connaissances, deux communications arrivées sont passées inaperçues. Ces personnes essaient de me contacter parce que nous avions une connexion par l’ADN. L’un d’eux m’invite à faire partie du groupe MRCA sur Facebook et me raconte comment mettre mon ADN sur gedmatch.com. Réticent à tout cela, je commence à enquêter jusqu’à ce que finalement, je décide de rejoindre le groupe sur Facebook et de télécharger mes résultats ADN sur gedmatch. Ce groupe a été essentiel, non seulement pour m’aider à apprendre, mais aussi pour l’aide que tous ceux qui en font partie m’ont offert. Je ne peux manquer de mentionner, la bénédiction d’avoir trouvé autant de cousins ​​grâce à la correspondance ADN et à la relation créée avec eux. D’une manière ou d’une autre, nous sommes tous unis par un objectif commun, la recherche de nos origines.

Vers avril 2018, j’ai décidé de faire un test ADN-Y sur mon plus jeune fils. Cela pourrait nous fournir un indice ou nous donner une direction à suivre dans la recherche de mon père biologique. Les résultats du test arrivent et montrent la connexion la plus proche avec un Boivin 1524 en France. Les membres du groupe traitant de ces sujets recommandent que j’ignore cette information car la distance par rapport à cet ancêtre est trop grande.

Elle parle enfin

Pendant que tout cela se passe, le Secrétariat à l’adoption internationale (SAI) du Québec traite ma demande d’enquête sur les origines.

Sur l’insistance de ma femme, mon frère parvient à convaincre notre mère de dire qui est mon père. Il me dit qu’elle ne savait pas qui était mon père parce qu’elle avait été violée par trois hommes et qu’il était impossible de savoir lequel des trois était mon père. Le choc émotionnel était immense. Penser que son père était une personne capable de commettre un acte aussi violent était très difficile. Enfin, j’ai pu comprendre ses raisons de ne pas parler. À ce moment-là, j’ai décidé de voyager au Canada pour la revoir et rencontrer mes frères pour la première fois. À la fin du mois de juillet de cette année-là, j’ai voyagé au Canada accompagné de mon plus jeune fils qu’ils ne connaissaient pas.

Avant le voyage, je reçois un appel de l’ISC pour me dire ce qu’ils avaient trouvé au cours de l’enquête. Bien sûr, l’identité de ma mère a été confirmée, bien que cela ait déjà été confirmé par un test ADN. Dans le dossier, ils ont trouvé des papiers de l’orphelinat avec toutes les informations relatives à la progression du nouveau-né jusqu’au moment où il a été abandonné pour adoption.

Le nom du père n’était pas inclus mais il y avait une description. Il disait qu’à ma naissance, en octobre 1955, il avait 21 ans, 5 pieds 6 pouces, pesant 135 livres, avait les yeux bleus et les cheveux noirs, a étudié à l’école jusqu’à la septième année et a travaillé dans un moulin de la ville de Chicoutimi. Ses caractéristiques prétendaient être un homme travailleur et honnête. Déjà à ce stade, j’ai remarqué un conflit entre les informations de l’ISC et ce que ma mère disait. Un violeur n’est pas un honnête homme. Elle peut avoir fourni de fausses informations à son sujet à son arrivée à l’orphelinat.

Le premier voyage 2018

Le voyage, fin juillet, était passionnant. Mon frère qui vit à Montréal nous a rencontrés à l’aéroport et nous sommes restés chez lui. Après quelques jours, nous sommes allés à Chicoutimi pendant environ six heures. L’expérience de rencontrer mes frères a été fabuleuse. Enfin, je les avais devant moi!

Un jour, alors que nous voyagions en voiture, mon frère me raconte que, il n’y a pas longtemps, notre mère lui avait dit qu’elle avait vu un homme qu’elle croyait être mon père, mais ce n’était pas le cas. Ici, je trouve l’autre conflit. Si vous pensiez l’avoir vu, vous vous souvenez de qui il est. Si trois hommes l’ont violée, lequel des trois est celui qui l’a mise enceinte?

Au cours de la même année, j’ai reçu une invitation de l’ISC (Secrétariat à l’adoption internationale) à participer à une conférence mondiale qu’elle organisait, qui se tiendrait en mai 2019 et à laquelle j’ai assisté avec plaisir.

Réjeanne a subi une rechute avec un cancer au début de 2019, qui s’était propagé dans presque tout son corps.

Le deuxième voyage 2019
La conférence

En mai, je reviens au Canada pour assister à la conférence de l’ISC où je présenterais mon histoire devant des dignitaires de 200 pays. Cette conférence était exclusivement réservée aux agences gouvernementales d’adoption. J’ai eu l’honneur de participer à des ateliers préparés pour aider d’autres pays à améliorer leurs systèmes de recherche sur les origines des adoptés. En étant témoin de ces événements, j’ai pu comprendre le travail considérable et délicat qu’impliquent ces enquêtes au niveau gouvernemental. C’est un travail titanesque et affectueux que ces professionnels accomplissent, digne d’être admirés. Je partagerai ces processus à un autre moment.

Enfin, il était temps pour moi de raconter mon histoire, mais ce sur quoi nous ne comptions pas, c’est que ma mère biologique a décidé de raconter sa propre histoire. Et oui, elle a proposé la version de l’agression sexuelle. Cela m’a fait penser que c’était peut-être la vraie version. Mais des mois plus tard, quelques semaines avant sa mort, j’ai raconté à mon frère une version totalement différente et fausse. Elle lui a dit que mon père était son frère. Sur la base des tests ADN, il est prouvé que son frère n’est pas mon père, car les résultats auraient été différents. Dans gedmatch, avec l’une des options, vous pouvez déterminer si les parents d’une personne sont liés. Dans mon cas, et en raison de l’endogamie (consanguinité) dans la région, mes parents sont liés, mais à une distance de neuf générations.

Le 29 septembre 2019, ma mère biologique est décédée. J’ai assisté aux funérailles et accompagné mes frères à travers ces moments difficiles.

L’histoire continue

Actuellement, la communication avec mes frères continue de progresser malgré la barrière de la langue. Je continue à chercher mon père biologique. Dans le processus, j’aide également d’autres personnes qui sont sur un chemin similaire. Cette recherche m’a amené à créer un groupe Facebook, l’AACDQ (Adoptés à la Crèche du Québec) pour créer une base de données d’adoptés dans la région de Québec qui servira les autres dans leur recherche.

Chaque personne est un monde à part, certains veulent chercher, d’autres pas. Nous devons respecter ce que chacun pense ou veut, de la même manière que nos pensées et nos désirs doivent être respectés.

Si vous voulez chercher, ne laissez rien vous arrêter. Gardez à l’esprit que pour la plupart, cela est pénible, désespéré, douloureux et prend des heures interminables de travail détaillé. N’oubliez pas de respecter les souhaits des autres et d’être prêt à accepter les résultats de votre recherche. Souvent, ce n’est pas ce à quoi nous nous attendons. Rendez-vous toujours dans les institutions gouvernementales d’adoption, qui font un travail extraordinaire pour enquêter sur nos demandes, ce sont les sources d’information les plus fiables. Ayez beaucoup de patience car vous en aurez besoin.

Je veux d’abord remercier Dieu de m’avoir donné les parents qui m’ont élevé, mes vrais parents, Rafael et Margarita Baliarda; ma femme qui a enduré mon absence en consacrant des heures interminables à mes recherches; à mon fils Javier qui est toujours prêt à écouter mes découvertes; aux intervenants professionnels du Secrétariat de l’adoption internationale du Québec qui avec tant de dévouement et d’amour font un travail exceptionnel et; aux cousins ​​de sang que j’ai trouvés en cours de route dans ma recherche.

Cette histoire a été préparée par Gus Baliarda à titre personnel. Les opinions exprimées dans cette histoire sont celles de l’auteur et ne reflètent pas le point de vue des Adoptés a la Crèches du Québec (AACDQ).

Laissez vos commentaires

N'hésitez pas à poser une question ou simplement à laisser un commentaire.

Qu'avez-vous pensé de cette histoire ?
Veuillez sélectionner le nom de l'auteur.